Bienvenue Chez Vous

Consultation

J'avais très très mal au dos, mon médecin traitant m'a prescrit des séances chez un kiné.

Il me reçut dans son cabinet, il était jeune et beau. Je me suis dit : "quel plaisir, je vais me faire masser par un beau mec !".

Je lui expliquai que j'avais mal aux lombaires, zone située juste au-dessus des fesses...

Après m'être mise en sous-vêtements, il me fit allonger sur le ventre sur la table étroite de massage. Ses mains expertes me parcouraient le dos. Pour plus d'aisance, il me baissa à mi-fesses ma culotte et me massa à la fois le dos et les fesses.

Puis, habilement il dégrafa mon soutien-gorge et je sentis mes seins lourds se relâcher sur la table. Ses doigts me parcouraient tout le dos, de la nuque aux fesses, ce qui me détendit complètement. Je me laissais aller et ne protesta pas lorsque ses mains se faufilèrent entre mes cuisses pour m'enlever ma culotte.

Petit à petit, ses jeux de mains m'excitaient et j'écartai alors mes cuisses de plus en plus de façon à le laisser voir ma petite chatte épilée qui mouillait abondamment. Et oui je suis une vrai cochonne en manque. A vrai dire mon mari est peu porté sur le sexe, et j'ai besoin de me faire prendre par des mâles bien membrés trois fois par semaine au moins.

Doucement, il me demanda de me retourner afin d'être sur le dos. Il en profita pour m'enlever mon soutien-gorge et tripoter mes gros seins avec ses mains d'expert. Puis il appuya sur des boutons et la table se souleva davantage du sol. Il se mit à genoux et ma chatte se trouvait à présent à hauteur de son visage. Il me massa habilement le clitoris tout en fourrageant sa langue sur mes lèvres gonflées de désir. Sa langue titillait mon clito avec une telle fougue que je ne pouvais me retenir de gémir et je sentais mon vagin me brûler.

Puis il se redressa et je constatai que son pantalon était déformé par une grosse érection. Je ne pus me retenir de lui déboutonner son pantalon pour faire jaillir sa queue. Oh je me la lècherais bien cette bonne bite de masseur en rut ! Je la pris en bouche tout en lui massant les couilles gonflées à bloc. J'avais envie de les sucer et de les lécher comme on mange une bonne glace aux "fruits de la passion". Son gland exacerbé était rouge et tellement gros que j'arrivais à peine à le contenir dans ma bouche de suceuse. Au bord de la jouissance, il me demanda d'arrêter car il voulait profiter de ma chatte baveuse et accueillante.

Grâce à sa télécommande, il souleva davantage la table où je me trouvais et mon cul se retrouva à hauteur de sa pine érigée. Avançant mes fesses au bord de la table, j'écartais mes cuisses et il me pénétra violemment comme une salope en me malaxant les nichons. Ses coups de reins devenaient de plus en plus rapide et je mis mes jambes autour de son cou. Ses va-et-vient incessants finirent par me faire atteindre un bel orgasme.

Ensuite, je me suis mise à plat ventre, les fesses bien au rebord de la table et les écarta pour lui montrer mon petit trou en manque de ramonage. J'avais envie de me faire défoncer par derrière. Il prit de la mouille de mon vagin afin de lubrifier ce nouvel orifice. La sensation de va-et-vient de son index dans mon anus me rendait folle. N'en pouvant plus, je lui demanda de me sodomiser, ce qu'il fit sans se faire prier.

-  Hum, c'est bon dans le petit trou, tu es un vrai vicieux. Est-ce que tu encules souvent tes patientes ?

-  Non, seulement les grosses salopes dans ton genre.

L'étroitesse du canal me donna des sensations vertigineuses et nous finîmes par jouir en même temps. Après cette étreinte, nous nous rhabillâmes et je fixais un rendez-vous pour la semaine suivante, la consultation étant terminée...

Anonyme



17/05/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres