Bienvenue Chez Vous

L'inconnu

Un mardi après midi pendant nos vacances, nous décidons, mon épouse et moi d’aller au cinéma. Glorya était vêtue d’une jupe noire courte, d’un chemisier blanc légèrement transparent et portait des bas.
Après avoir acheté nos places, nous nous retrouvons dans la salle encore éclairée et pratiquement vide.

Nous choisissons alors la dernière rangée, Glorya retira son manteau que je posa à mes côtés. Je la pris dans mes bras et nous échangeons de langoureux baisers. Je sentais mon épouse très sensuelle.
La séance débuta par un documentaire, puis les pubs et l’entracte.Nous en profitons pour acheter quelques douceurs, puis la salle s’assombrit et le film commença.

Cinq minutes après le début, un jeune homme vient s’asseoir prêt de mon épouse. Je voyais bien qu’il était bien plus intéressé par les cuisses de Glorya que par le film, faut dire que dans cette position elle laissait deviner le haut de ses bas.
J’observais sa manoeuvre. Il avançait lentement son genou vers celui de mon épouse qui, à son contact, me regarda, mais ne bougea pas.
Je lui murmurai de le laisser faire pour voir jusqu’où il irait.

Son genou montait et descendait. Il se frottait lentement à celui de ma femme qui restait imperturbable. Se croyant encouragé, il posa sa main sur son genou que je sentis frémir. Je jetai un coup d’oeil autour, nos plus proches voisins se trouvaient trois rangées plus basses.

Pour l’encourager, je déboutonna le haut du chemisier de mon épouse et passa ma main à l’intérieur pour caresser son sein libre. Elle ne portait pas de soutien-gorge, comme j’aime le lui demander. Je sentis son mamelon se durcir et Glorya me tendit ses lèvres.

Le jeune homme, lui, avait sa main sur la cuisse gainée de Glorya et progressait sous sa jupe. Elle ne réagissait pas négativement et je pensai qu’elle y prenait un certain plaisir.
La main avait entièrement disparu sous la jupe et d’après la respiration saccadée de mon épouse, elle ne devait pas être très loin de son string.

Glorya posa sa main sur mon pantalon déformé par une érection provoquée par cette vision de mon épouse se laissant caresser par un inconnu.
Elle écarta ses cuisses pour permettre à l’inconnu d’aller plus en avant dans son exploration. Sa jupe remontait et je vis la blancheur de ses cuisses au-dessus de ses bas.

La main atteignit son but. Glorya gémissait en écartant encore ses jambes. On voyait maintenant le mini string. Notre nouvel ami avait sorti son sexe et se masturbait d’une main, pendant que l’autre caressait Glorya. Je vis ses doigts disparaître sous l’étoffe qu’il écartait pour mieux la pénétrer de ses doigts.

Il semblait bien s’y prendre, car ma femme se laissait faire et faisait même tout pour lui faciliter la tâche.
L’homme pressait son bouton d’amour du pouce pendant que deux de ses autres doigts fouillaient les profondeurs de la femme de ma vie.

Elle me branlait toujours à travers le pantalon. J’ouvris alors complètement son chemisier pour qu’il puisse admirer sa poitrine.
Il se pencha et en suça les tétons avec délectation. Glorya contenait difficilement des râles de plaisir et serrait fort mon sexe par-dessus mon pantalon.

La main de notre inconnu était de plus en plus active dans le sexe de ma femme pendant que de l’autre il lui massait les seins délicatement et avec une certaine adresse étant donné ses réactions.

Sous l’emprise du désir, elle a lâché mon sexe, mais se saisit de celui de l’homme et commença à le branler énergiquement.
Il attrapa Glorya par la nuque et la dirigea vers son sexe. Elle comprit ce qu’il voulait.
N’en revenant pas, je perdais complètement le contrôle des évènements. Je n’eus pas le temps de retenir ma femme qu’elle l’avait déjà en bouche.

Ma femme resta souder à sa queue quelques instants. Puis elle se redressa en remerciant l’inconnu. Elle se retourna vers moi et me dit : il me propose de m’isoler avec lui…

Elle m’embrassa à pleine bouche et ils descendirent les escaliers de la salle. Je fus encore plus surpris de les voir entrer dans les toilettes. Ne les voyant pas en sortir après dix minutes, je me précipitais pour voir ce qu’il s’y passait. Je ne fus pas déçu. Accoudée au lavabo, ma femme était en train de se faire baiser par cet inconnu.

Un autre homme les regardait en se branlant. L’homme qui ne savait pas que j’étais le mari me dit : C’est une sacrée salope celle-là, elle vient juste de me sucer. J’ai trop envie de la baiser.

Je n’en revenais pas, ma si douce épouse qui se fait baiser dans les chiottes. Et le plus étrange, c’est que je bandais de la voir ainsi. J’essayais de regarder le sexe du jeune homme, mais avec la jupe de Glorya qui retombait, je ne voyais pas grand-chose, j’entrepris alors de relever sa jupe, je m’aperçus qu’elle se faisait sodomiser. Elle qui ne m’accordait cette faveur qu’exceptionnellement, se faisait enculer par un inconnu.

Elle semblait aimer ça, elle gémissait, activait son bassin pour aller à la rencontre de la queue qui la possédait, me regardant parfois dans les yeux.
Il allait au plus profond des entrailles de ma femme dans une cadence régulière. Il se contracta, ses gestes furent désordonnés puis il donna quelques coups de rein brutaux et éjacula dans son préservatif.
Il se retira et je pus voir l’anus dilaté de ma femme. Il ne resta pas béant longtemps, l’autre homme enfila une capote et prit la place aussitôt.
Il la pénétra d’un trait, puis commença à coulisser dans son trou le moins lisse avec une certaine violence.
Ma femme gémissait de plaisir sans discontinuer. Elle semblait vraiment aimer ce traitement de choc. Ne prenant aucune délicatesse, il lui pilonnait violemment l’arrière-train.
Ne pouvant tenir longtemps, il éjacula à son tour. Puis en prenant le chemin de la sortie se tourna vers moi et me dit :
Encule là, toi aussi, elle aime ça cette pute !
Eh oui ! Profitez-en aussi t’en qu’elle est chaude, renchérit le jeune homme avec un sourire en coin.

Je me faisais inviter à enculer ma femme par un inconnu, ça devenait surréaliste. Mais j’acceptais la proposition, bien trop excité pour faire le difficile. Je plongeais mon sexe dans l’anus débordant de désir de ma femme.
Elle se retourna et me dit en me repoussant :
non pas comme ça tenez un préservatif, je vous prie
Je pris le préservatif qu’elle me tendait et le glissait sur mon membre qui était maintenant douloureux d’excitation.
Elle se mit à genoux sur le carrelage me présentant son joli cul en me disant culbutez moi vigoureusement je vous prie en me parlant comme a un inconnu. Le jeune homme présenta alors son sexe à la hauteur du visage de Glorya qui le prit en bouche sans hésiter une seconde.

Je voyais distinctement ses joues se creuser, ses lèvres se déformer par la fellation qu’elle prodiguait.Elle salivait copieusement. J’étais fasciné par ce sexe qui coulissait dans la bouche de ma femme.
Celui-ci reprit de la vigueur et semblait ne pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. Mais malheureusement, le broua exterieur nous signalait la fin de la séance et il devenait imprudent de continuer nos ébats en ce lieu.

Glorya relevée était comme dans un état second, elle cherchait autour d’elle, ne voulant pas mettre fin a ce moment. Elle rentra alors dans le toilette handicapé en nous tirant par le sexe, et ferma le verrou. Elle me fit asseoir sur la lunette avant de m’enjamber et d’introduire mon sexe dans son minoi tout humide. Une fois fait, elle regarda d’un regard de biche l’inconnu derrière elle, comme pour le supplier de la combler encore, ce qu’il fit volontier mais cette fois-ci avec une grande tendresse et beaucoup de sensualité, après que nous l’ayons baisé comme une chienne il était temps de lui faire l’amour
comme une princesse, nos mains caressantes lui donnaient vraisemblablement des frissons sur tout le corps.

Pendant que l’inconnu s’appropriait son petit, il la carressait en m’offrant ses seins que je léchais avec amour.
Les gestes étaient maintenant langoureux et respectueux de sa beautée et de ce qu’elle nous avait offert. Après le défouloir c’était une double romantique qui dura fort longtemps, Glorya une main sur chaque fesse tirait sur celles-ci comme pour ne pas perdre un centimètre, alors que bien enfoncé dans sa chatte je ne pouvais plus bouger ne
voulant pas craché ma semence avant que le jeune homme n’est fini. C’est justement a ce moment que son mouvement s’accéléra pour arriver a un rythme soutenu et saccadé, Glorya après un cri étranglé m’embrassa à pleine bouche certainement dans le but de ne pas hurler sa jouissance. L’inconnu se retira en enlevant son préservatif et cracha son venin sur les fesses rebondies de ma femme. J’ai ensuite jouis a mon tour, réjouis d’enfin libérer le sperme en surpression qui me tiraillait le bas du ventre.



09/09/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres